• amateursportif

Nicolas Borodine : Les émotions vécus en Coupe de France resteront gravées à tous jamais


Nicolas Borodine est à classer parmi ces footballeurs au parcours atypique. En effet le lyonnais de naissance mais corse d'adoption à vécu à 26 ans une de ses saisons les plus abouties. Le spinalien est déjà passé par toutes les émotions au cours de sa carrière, lui qui avait un pieds dans le monde professionnel avec ses entrée en ligue 2 avec l'AC Ajaccio et réalisait son rêve d'enfant, oui mais voila du rêve à la réalité il n'y a un qu'un pas et comme bon nombre de footballeur de centre de formation il ne signa pas professionnel retombant dans le monde amateur. Après des saisons de galères Nicolas Borodine revit dans les Vosges sous la houlette d'un coach, Xavier Collin qui lui fait confiance, le numéro 22 à enchainer pratiquement tous les matches en retrouvant ses plus belles sensations, symbole de ce renouveau ce parcours historique du SAS Epinal ou l'ailier gauche à pu participer à cette incroyable épopée…



A.S : "Nicolas peux tu te présenter et nous raconter ton parcours footballistique?"

N.B : "Bonjour, je m’appelle Nicolas Borodine, j’ai 26 ans, je joue actuellement au SAS Epinal au poste de piston gauche. J’ai commencé le football à l’âge de cinq ans au Caluire SC. J’ai joué dans ce club en débutant, benjamin et -13 ans 2ème année. J’ai ensuite joué à l’Olympique Lyonnais en Poussins et -13 ans 1ère année. J’ai aussi joué à l A.S Saint-Priest des 14 ans fédéraux aux 17 ans nationaux avant de terminer ma formation à l’A.C Ajaccio en U19 nationaux et j'ai enchainé en réserve à l’A.C Ajaccio en N3 avec un passage en Ligue 2 durant la saison 2015/2016 avant de retourner dans le club de l’A.S Saint-Priest en N2 pendant deux années (2017-2019). Je suis au SAS Epinal depuis Juillet 2019."


A.S : "Donnes-nous tes impressions sur ton passage à Ajaccio?"

N.B : "Je suis passé par toutes les émotions là-bas que ce soit le doute, la joie. J’ai découvert le monde pro. Le coach Patrick Léonetti (coach de la réserve N3) est un coach qui m’a beaucoup apporté, j’avais un lien très paternel avec lui, il m’a appris la combativité et à ne jamais rien lâcher.


A.S : "Est-ce qu'un coach ou un joueur t'as particulièrement marqué?"

N.B : Beaucoup de joueurs m’ont impressionné mais si je dois en donner trois : je dirais Siganamary Diarra (ailier gauche) pour sa puissance et sa vitesse, Chahir Belgazouani (milieu offensif) pour sa facilité à éliminer et sa vitesse quand il est lancé et Zakaria Diallo (défenseur central) pour sa sérénité et son aisance technique."


A.S : "On sait que tu es très attaché à la Corse, comment l'expliques-tu?"

N.B : "C’est un endroit auquel je suis très attaché car j’y ai vécu pendant six années. J’ai ma famille là-bas, je vais toujours en vacances chez mes grands-parents depuis que je suis né et j’ai même mes amis d’enfance là-bas."



A.S : "Avec du recul que te manquait-il pour signer pro à l'ACA?"

N.B : "Je pense que ce qui m’a manqué pour signer c'est mon mental. À cette période là, j’avais du mal à gérer mes émotions, j’ai toujours voulu trop bien faire, je me mettais trop de pression alors que j’aurais du chercher plus de simplicité et plus de relâchement."


A.S : "Comment cela s'est passé pour toi à l'AS St-Priest?"

N.B : "Mon passage à Saint-Priest a été très difficile car j’ai eu beaucoup de blessures durant les deux saison. J'ai du gérer des soucis personnels qui m'ont empêché de me lâche. Quand tu es bien mentalement tout te réussis mais dans le sens contraire tout peut être négatif."


A.S : "Est-ce vrai qu'avant de signer à Epinal, tu t'es retrouvé à servir des cocktails sur les plages corses?"

N.B : "Oui, j’ai travaillé pendant une dizaine de jours dans une paillote en tant que serveur à Piana. J’avais commencé ce job de saisonniers dans le but de faire de l’argent pour partir en Australie. Le foot à ce moment là n'était plus une priorité pour moi."


A.S : "Comment cela s'est fait avec le SAS Epinal? "

N.B : "Le contact avec le SAS Épinal c’est fait grâce à AS Performance, malgré le fait que j'étais dans une mauvaise période, le directeur de l'agence qui est aujourd'hui mon conseiller m'a contacté et à souhaité que l'on collabore ensemble, qu'on mette en place un accompagnement avec un réel suivi par rapport à mes attentes et mes besoins. Il a trouvé le projet qui correspondait à mon profil et tous les services qu'il met en place sont très intéressant et apportent un vrai plus au sportif. Je suis très heureux d'avoir signé à Epinal."


A.S : "Comment expliques-tu ce changement radical de situation, tu ne jouais pratiquement plus à Saint Priest alors que tu réalise une saison pleine avec Epinal?"

N.B : "Je pense que plusieurs paramètres sont liés à cette performance. J’ai déjà toute la confiance de mes coaches, de mon staff, mais aussi de mes partenaires et je suis bien accompagné. Du coup le mental suis et je suis plus libre et plus à l’aise sur le terrain. Le SAS Épinal est un club amateur mais avec un fonctionnement très professionnel, qui te permet de te consacrer entièrement au football."


A.S : "En prime vous réalisez un parcours exceptionnel en Coupe de France, comment l'as-tu vécu?"

N.B : "Le charme de la coupe de France est inexplicable, tu passes par toutes les émotions de la joie à la tristesse grâce à des aventures humaines comme celle-ci tu crées des liens forts avec le groupe, ce qui t’amène à te surpasser non plus pour tes partenaires mais pour tes frères et pour ta famille. Ce qui prouve que dans le football tout est possible et que en y mettant la rage et l’envie on peut soulever des montagnes. Quand tu passes du stade de Hellimer au quatrième tour au Stade Marcel Picot en quarts de finale face à Saint-Étienne devant 15 000 spectateurs c’est là que tu te rends compte du chemin parcouru."


A.S : "Est-ce ton plus beau souvenir footballistique?"

N.B : "Honnêtement oui même si ma première rentrée en professionnel était incroyable mais les émotions et les sensations que j’ai pu vivre avec la coupe de France et tous ce groupe sont uniques et seront gravés à tous jamais".


A.S : "Selon toi, dans quel secteur dois-tu encore progresser pour franchir un cap?"

N.B : "Je dois encore bosser dans l’efficacité, dans les stats, que ce soit dans les passes décisives ou les buts, je dois beaucoup plus apporter à l’équipe."


A.S : "Si tu devais nous décrire le SAS Epinal en trois mots tu dirais quoi?

N.B : "Solidaire, compétitif et une famille.".


A.S : "Comment gères-tu l'arrêt du foot, tu continues à t'entretenir?"

N.B : "Oui, notre préparateur physique nous envoie des programmes tous les jours avec du renforcement musculaire, du travail de vitesse, du physique et des footings."


A.S : "As-tu un sportif qui t'inspire, une référence à ton poste?"

N.B : "Cristiano Ronaldo est un sportif qui m’inspire car c’est un joueur exemplaire et qui travaille beaucoup pour remporter tous ces trophées, ce n’est pas un hasard si il a autant de réussite. Si il y en a bien un qui m’inspire à ce poste de latéral gauche, c’est bien Roberto Carlos, il est à l’image de ce poste après actuellement dans le football moderne c’est Benjamin Mendy, il est complet c’est un joueur rapide et puissant avec une qualité de centre incroyable. C’est dommage qu’il ait autant de blessures car pour moi c’est la référence à ce poste."

A.S : "As-tu une petite anecdote à nous raconter sur cette saison?"

N.B : "Une anecdote ? Il y en a tellement eu cette année (rire) mais si je dois en retenir une, c’est lors du tirage au sort des 32e de finale de coupe de France : on a été interviewé Jeremy Colin, David Luvualu et moi pour le site du club pour parler de notre ressenti sur le tirage. Jeremy a eu l’idée de nous mettre à David et moi des gilets jaunes. Jeremy parlait et nous étions tous les deux à ses côtés comme deux personnes chargés de la sécurité. C’est ensuite devenu une coutume après chaque tirage au point de le faire sur un plateau télé."


A.S : "Donnes-nous ton proverbe ou citation préférée?"

N.B : "N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès, essayez de devenir un homme qui a de la valeur" c'est d'Albert Einstein."


A.S : "La spéciale "Boro"?"

N.B : "C’est un geste que j’ai repris du joueur Nadir Belhadj (ancien latéral gauche de l’OL). En pleine course j’arrête le ballon du pied gauche pour que l’adversaire s’arrête mais je le repousse du pied droit pour justement le surprendre et continuer ma course."


A.S : "Le mot de la fin pour toi…"

N.B : "Ne lâchez jamais vos rêves, battez vous pour obtenir ce que vous voulez. Ensuite j'aimerais remercier ma famille, mes proches tous ceux qui me soutiennent ainsi que AS Performance pour son accompagnement et sa confiance, le SAS Epinal qui a cru en moi et tous les supporters du SAS Epinal pour leurs accueils et leurs soutiens."



A.S,

257 vues

© L'Amateur Sportif - 2018

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc