• amateursportif

MaskOff avec Mathilde Gautier X Il y a une très grosse part de psychologie dans ce sport X




Mathilde Gautier triathlète internationale française

A.S: "Mathilde, peux-tu te présenter et nous parler de ta discipline?" M.G: "Le triathlon c’est l’enchaînement de trois disciplines : la natation, le vélo et la course à pied. Ils existent toutes types de distance, du XXS à l’Ironman. Pour ma part je pratique la distance olympique reconnue HAUT NIVEAU, donc c’est à dire le M : 1500m de natation + 40km de vélo + 10km à pied."


A.S: "C'est une discipline où la souffrance est omniprésente, comment gères-tu ce dur au mal?"

M.G: "C’est vrai que durant la course, on est souvent pas au meilleur de sa forme, les muscles lourds, le « cœur dans la bouche », les concurrents qui te font mal. Bref, dans une course on a souvent des hauts et des bas mais c’est dans ces moments durs que la course se joue. Alors le principal c’est de ne rien lâcher, puisque tout le monde à mal, voir même plus que toi. Il y a également une très grosse part de psychologique dans ce sport."


A.S: "Avant chaque épreuve as-tu un rituel?"

M.G: "Je n’ai pas forcément de rituel particulier, mais j’essaye de manger la même chose avant chaque course et de coller le plus proprement possible mon autocollant de dossard sur mon vélo, je me dis que si je le colle bien c’est bon présage... mais bon c’est vraiment n’importe quoi je le sais (rire)."


A.S: "As-tu un sportif ou une sportive qui t'inspire?"

M.G: "J’adore Flora Duffy, elle a apporté quelque chose de nouveau dans le triathlon, en remportant toutes ses courses, en rendant le vélo infernal pour ses concurrentes! Ça ne se joue plus que à pied comme à l’époque de Gwen Jorgensen. Bref pour moi elle a vraiment la classe."


A.S: "En ce moment tu es sur quelle série?"

M.G: "Le temps de mes études je m’interdis de m’abonner à Netflix, histoire d’avoir ma licence sans aller aux rattrapages (rire). Mais en ce moment ce sont les vacances et je suis tombée sur TF1 , « alerte contagion » pas si mal!"


A.S: "Aujourd'hui ta vie d'athlète ressemble à quoi? Peux-tu nous décrire une semaine type?"

M.G: "En ce moment ma vie d’athlète, c’est de bosser les nuits en tant que surveillante d’internat. Obtenir une licence entraînement sportif et puis s’entraîner entre 25-30h l’hiver et 15-20h durant la saison."


A.S: "Quels vont être tes prochains objectifs?"

M.G: "Alors mes prochaines courses sont :

* Coupe du monde de Lausanne en Suisse le 18 Août.

* Championnat du Monde Universitaire en Suède le 1-2 Septembre.

* Coupe d’Europe de Valence en Espagne le 8 Septembre.

* Grand prix de D1 à La Baule le 20 Septembre."


A.S: "Aimes-tu lire? Si oui sur quel livre es-tu en ce moment?"

M.G: "Oui j’aime bien lire, surtout durant mes longs déplacements. Du coup en ce moment je suis sur « l’appât » de Daniele Cole."


A.S : "Mathilde Gautier doit avoir des qualités mais aussi des défauts...peux-tu nous en citer quelques uns?"

M.G: "Ahhh je pourrais dire que je suis parfaite mais je pense que personne n’y croirait (rire). Alors mes défauts... j’aime un peu trop la bonne bouffe, si j’ai envie d’un truc je me le refuse rarement et puis si on me fait faire un truc et que je ne comprends pas l’intérêt je vais peut être un peu trop l'à ramener… Normalement il y a un nom à toutes ces définitions mais je vous laisse vous faire votre propre jugement (rire)."


A.S: "Quels sont les axes à améliorer pour que tu puisses encore progresser?"

M.G: "J’ai à progresser dans les trois disciplines, mais particulièrement en course à pied. Ça ne fait que deux ans que je m’entraîne très sérieusement alors il faut rester patient, surtout en triathlon."


A.S: "Il y a dans ta discipline des épreuves individuelles mais aussi collectives, les relais que préfères-tu?"

M.G: "Avant le triathlon, je pratiquais la natation et j’ai donc fait plusieurs fois des relais et c’est durant ces moments là que je battais tous mes records. Alors avant de vivre le relais de Nottingham, naturellement je vous aurais dis « les relais » sans hésitation! Mais ma toute première expérience en triathlon, cela ne s’est pas passé comme je le pensais, j’ai eu un énorme stress qui m’a envahi quelques minutes avant mon passage et j’étais complètement inhibée... Je vous rassure la deuxième fois au Canada, tout s’est bien déroulé (sourire). Donc impossible de faire un choix, les relais ce sont des ascenseurs émotionnels et les courses individuelles on ne doit ses défaites ou victoires qu’à soit même."


A.S: "Un proverbe ou un dicton que tu apprécies?"

M.G: "Un peu cliché mais je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends."


A.S: "Qu'elle est ton plus beau souvenir sportif à ce jour?"

M.G: "L’année dernière j’ai fais énormément de courses sans drafting, en France ou en Italie. Ce sont de très bons souvenirs en particulier le M de Bardolino. Un cadre magnifique, une ambiance de folie, etc... de manière générale j’adore les compétitions italiennes! Mais bon cette année, sans hésiter le relais de Nottingham, ça a été ma première médaille et ça été une avalanche d’émotion, j’arrêtais pas de pleurer. Je suis également fière de ma troisième place lors du GP de D1 de Valence, une vraie course complète."


A.S: "Que ressens-tu après chaque compétition?"

M.G: "Soit un sentiment de satisfaction, soit je suis plus au moins mitigée, mais je ne termine jamais mes courses en tirant la gueule."


A.S: "Ou puises-tu cette motivation qui te caractérise si bien?"

M.G: "La motivation elle vient de moi, je ne fais pas du triathlon pour les autres ou pour faire plaisir à quelqu’un en particulier."


A.S: "Avant les compétitions écoutes-tu de la musique, as-tu un titre qui te transcende?"

M.G: "Durant mon footing d’échauffement, je me mets un mix de Martin Garrix ou Armin Van Buuren pour faire monter l’excitation."


A.S: "On observe que tous les triathlètes on un point commun, c'est un mental à tout épreuve, comment l'expliques-tu?"

M.G: "Je pense que cela s’explique, de part la rigueur et l’entraînement qu’on s’impose au quotidien, souvent s’est très très dur et pourtant on y va quand même alors quand on doit aller au combat, on s’est à quoi s’attendre (sourire)."


A.S: "Le mot de la fin pour toi…"

M.G: "Merci à tous mes partenaires sportifs : Mako Ekoi, Origine cycles, Beauty Sané, Bask Coast qui me font confiance et puis en particulier à mon entraîneur Thomas André qui m’accompagne au quotidien dans la réalisation de mes projets."





A.S,

81 vues

© L'Amateur Sportif - 2018

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc