• amateursportif

Mallaury Kalachnikoff-Lakli : Je ne ferme pas la porte au MMA




A.S : "Bonjour Mallaury, pourrais-tu nous parler de ton prochain combat?"

M.K : "Salut, mon prochain combat se déroulera à Chalon sur Saône au Master Fight le 18 mai contre Maurine Atef."


A.S : "Comment juges-tu ton début de carrière?"

M.K : "Je suis plutôt fière de mon début de carrière. En deux ans chez les professionnels, j’ai affronté des références en boxe féminine comme Laetitia Madjene et Wang Kehan dans des grosses organisations (la Fight Night de St Tropez et le Kunlun Fight en Chine) ou j’ai fais de belles performances. J’ai enregistré ensuite quelque défaite difficile à accepter psychologiquement mais après un travail sur moi-même j’ai de nouveau la rage de vaincre."


A.S : "Selon toi, dans quel domaines dois-tu t'améliorer pour encore progresser?"

M.K : "Je peux m’améliorer dans tous les domaines je n’ai que 22 ans et ne suis pas à 100% de mes capacités. J’ai encore une belle marge de progression!"


A.S : "Peux-tu nous parler de tes objectifs de carrière?"

M.K : "Difficile de parler d’objectif je souhaite juste boxer les meilleurs sans pour autant viser de titre."


A.S : "Le Glory c'est pour quand?"

M.K : "Quand ils auront crée une catégorie 62/63 kg (sourire)."


A.S : "Pour tous ceux qui se posent la question, pourrait-on voir dans les années à venir Kalachnikoff en MMA?"

M.K : "Ce n’est pas au programme mais je ne ferme pas les portes au MMA."


A.S : "Peux-tu nous donner une adversaire que tu aimerais rencontrer?"

M.K : "Je n’ai pas de noms en particulier à te donner, ce qui m’aurais fait rêver c’est ma revanche contre Laetitia Madjene mais elle a mis fin à sa carrière…"


A.S : "Une sportive de ton niveau arrive-t-elle à vivre de son sport?"

M.K : "Non, difficile pour moi de vivre de la boxe, je travaille à coté à temps plein."


A.S : "Qu'elle est la ceinture que tu rêverais de remporter?"

M.K : "Je ne rêve pas de ceinture en particulier mais souhaite boxer dans les plus grandes organisations."


A.S : "Tu as vécu des expériences à l'étranger, qu'est-ce qui a été le plus marquant?"

M.K : "En Chine, c'est la différence de mentalité et aussi le fait que c'est très compliqué pour un étranger de faire sa place."


A.S : "Souhaites-tu effectuer des remerciements ou faire passer un message?"

M.K : "Je remercie ma mère, sans elle je n’en serai pas là, elle a fait énormément pour moi. Merci à Badri mon entraineur qui me pousse toujours à sortir le meilleur de moi-même et merci également à tous ceux qui me soutiennent à chaque combat."







A.S,

191 vues

© L'Amateur Sportif - 2018

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc