• amateursportif

L'Importance de l'hydratation chez le sportif de haut niveau :


Dr Louis Pallure, médecin des hôpitaux, spécialiste en médecine physique et réadaptation, médecin de médecine et traumatologie du sport, médecine manuelle-ostéopathie, Pr de sport et musculation DE, médecin de l'athlé 66, comité départemental, ligue Occitanie et ex médecin au sein de la Fédération Française d’Athlétisme, ainsi que l'auteur du blog "un médecin du sport vous informe" vu par plus de 2 Millions de lecteurs. Il nous donnera chaque semaine son avis d'expert sur différente thématique lié au sport de haut niveau.

"L’eau est le constituant principal de l'organisme humain et sa quantité moyenne est variable en fonction de l'âge, du sexe et des différents tissus : de 75 chez le nouveau né, 65% chez l'adulte (soit environ 45 litres d'eau pour une personne de 70 kg), 55% pour un homme et un peu moins pour une femme à partir de 50 ans en raison de la perte de masse musculaire (constituée à 75% d'eau) et de l'augmentation de la masse grasse (contient 30% d'eau).


Chez un sujet au repos, la perte hydrique (digestive, respiratoire, cutanée et urinaire) est de l'ordre de 2,6 litres/jour, compensée par les entrées (aliments, boissons, oxydations cellulaires). Notre organisme n'a pas la possibilité de stocker de l'eau, si bien que tout déficit en eau de 5 à 10 % entraîne une grande faiblesse et s'il atteint 20 %, il peut être mortel. Chez un sportif, le niveau de performance est affecté à partir d'une perte d'eau équivalente à 1% et si l'acclimatation améliore la tolérance, elle ne protège pas contre la déshydratation. La perte hydrique et donc le besoin en eau est également variable en fonction de l'activité (confer schéma ci-dessous) :

Une activité physique intense réalisée en température ambiante élevée s'accompagne d'une sudation avec perte d'eau massive qui peut atteindre de 8 à 10% du poids du corps.


La soif intervient pour compenser en partie les pertes hydriques mais le phénomène de satiété intervient avant que la balance hydrique ne soit rétablie et il va falloir boire plus que sa soif pour compenser. La boisson idéale est hypotonique (pauvre en sels minéraux et plus vite absorbée), légèrement sucrée, froide entre 8° et 10°; il est recommandé d'en ingérer 1/2 litre, 1/2 heure avant une épreuve de longue durée et l'équivalent d'un verre d'eau (150 ml) tous les 1/4 d'heure. Après l'effort il faudra boire abondamment et saler un peu plus son repas; en dessous d'une perte de poids de 2,7 kilos, le sel alimentaire suffit à compenser les pertes.


Remarque importante : boire ne fait pas prendre du poids et à l'inverse le port de vêtements qui font étuve ne fait perdre que de l'eau, la graisse corporelle ne fond pas. Seul un entraînement physique aérobie à allure modérée fait perdre de la masse grasse. Sur le plan préventif, il serait judicieux pour chaque sportif d'établir sa courbe de poids et d'ajuster la quantité de boisson à ingérer après tout exercice physique afin de maintenir la stabilité du poids de corps, tout en sachant que le moyen le plus simple de contrôle de l'hydratation est d'avoir toujours des urines claires."


Dr LP,


75 vues

© L'Amateur Sportif - 2018

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc